Les ventes de logements neufs en baisse

 

Au troisième trimestre, les ventes de logements neufs ont chuté en France de 12,9% sur un an au troisième trimestre, selon le ministère du Logement, qui a fait état parallèlement mardi d’une hausse de 11,4% des mises en chantier et de 22,6% des permis de construire entre août et octobre 2011.

« On ne va plus voir des chiffres favorables pour les mises en chantier et les permis de construire à partir du deuxième semestre 2012 à cause de la baisse des ventes et des nouvelles dispositions prises par le gouvernement », prédit auprès de l’AFP Marc Pigeon, président de la Fédération des promoteurs immobiliers (FPI).

Au cours des douze derniers mois (novembre 2010 à octobre 2011), le nombre de mises en chantier, avec 356.273 unités, est en augmentation de 19,4% par rapport aux douze mois précédents alors que le nombre de permis de construire accordés est de 445.430, en hausse de 13,6%. Mais au cours des quatre derniers trimestres (4e trimestre 2010-3e trimestre 2011), les ventes s’élèvent à 101.300, soit une baisse de 10,7% par rapport aux mêmes périodes un an plus tôt.

Pour l’ensemble de l’année 2011, le nombre de logements neufs vendus par les promoteurs devrait tomber, selon Michel Mouillart, professeur d’économie à l’Université Paris X-Nanterre, entre 97.000 et 98.000 contre 115.000 en 2010, soit une baisse de 15%, loin du record de 127.000 en 2007. Pour 2012, M. Mouillart s’attend à une nouvelle baisse à 85.000, plus très loin du chiffre de la précédente crise (79.000 en 2008).

« L’année 2012, avec 340.000 mises en chantier en 2012 contre 350.000 en 2011 devrait marquer un recul qui s’alimente du repli de la demande. Pour inverser ce repli, cela va être dur en l’absence de dispositifs publics de soutien à la construction privée », souligne M. Mouillart.

La suppression en 2013 du dispositif « Scellier », un avantage fiscal pour les investisseurs achetant des logements neufs pour les louer, intervenant après un nouveau « coup de rabot », survenu lors du second plan de rigueur, ramenant pour 2012 le taux à 13%, effraie les promoteurs et tout le secteur du bâtiment.

La mobilisation générale a été décrétée par les quatre principaux présidents du secteur, pour une fois unis, qui ont décidé de tenir une conférence de presse lundi prochain « pour dénoncer les conséquences des mesures prises par le gouvernement et interpeller les candidats à la présidentielle ».

Outre Marc Pigeon, le président de la FPI, seront présents Pascale Poirot, présidente du syndicat des aménageurs-lotisseurs (Snal), Didier Ridoret, président de la Fédération française du bâtiment (FFB) et Christian Louis-Victor, président de l’Union des maisons françaises (UMF).

Mais la suppression du « Scellier », dispositif qui a généré une inflation des prix, est considérée comme une « chance pour les vrais promoteurs » estime pour sa part par Marc Gedoux, président de Pierre Etoile.

« La défiscalisation a fait oublier qu’elle ne devait être qu’un atout et pas tout le charme. Le fard retiré, la construction locative va apparaître sous son vrai jour et les promoteurs fiers de leurs métiers en sortiront grandis », juge M. Gedoux.

© AFP


A propos admin

Nous sommes une équipe de fiscalistes spécialisée dans la fiscalité du patrimoine et de l'immobilier. Nous avons créé www.joptimiz.com en 2006 pour répondre aux questions fiscales et patrimoniales de nos clients internautes (réponse en ligne sous 48h ouvrées).
Ce contenu a été publié dans Logements neufs, Prix de l'immobilier. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire